Face à Macron, le président Ghanéen fait un discours historique et dit ses vérités aux présidents Africains mendiants 

0
1521
Partager

Face à son homologue français Emmanuel Macron, début décembre, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a plaidé pour une Afrique autonome et non en quête de charité.

Un discours aux relents “sankaristes”, prônant une Afrique forte, autonome et non assujettie à l’aide occidentale. En conférence de presse conjointe la semaine dernière avec le président français Emmanuel Macron qui effectuait sa première visite au Ghana, Nana Akufo-Addo n’y est pas allé de main morte pour dénoncer ce qui peut être qualifié de “mendicité” africaine à la France.

A la question d’un journaliste ghanéen de savoir si la France allait renforcer son “soutien” à d’autres pays africains hormis ses anciennes colonies, la réponse du dirigeant ghanéen a été sans équivoque. “J’espère que le commentaire que je m’apprête a faire ne vas pas offenser la personne qui a posé la question ainsi que les gens présents dans cette salle. Je pense que l’on fait une erreur fondamentale sur cette question”, a lancé d’entrée M. Addo, sachant que probablement que ses propos pourraient créer la controverse.

On ne peut pas continuer à faire des politiques pour nous, dans nos pays, dans nos régions, sur notre continent sur la base du soutien que le monde occidental, la France ou l’UE voudrait bien nous donner. Ça ne va pas marcher, ça n’a pas marché hier et ça ne marchera pas demain, a-t-il amorcé, insistant sur la responsabilité de l’Afrique de tracer sa propre voie.

Nous voulons que les jeunes Africains restent en Afrique. Et cela veut dire que nous devons nous débarrasser de cette mentalité de dépendance, cette mentalité qui nous emmène à nous demander ce que la France peut faire pour nous. La France fera ce qu’elle a à faire pour son propre bien et si cela coïncide avec nos INTÉRÊT »

Libreopinionguinee.com vous propose ci-dessous l’intégralité de son discours

https://www.youtube.com/watch?v=7c99nSTYBa0&feature=youtu.be

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire