Exclusivité : Domani Doré se confie sur le résultat du dialogue, le Rpg et ses relations avec Alpha Condé

0
8630
Domani Doré ancienne ministre des sports photo Libreopinionguinee
Domani Doré ancienne ministre des sports photo Libreopinionguinee
Partager

Logo La Guinee audacieuseDans un entretien exclusif, l’ancienne ministre des sports et candidate indépendante pour la mairie de Matoto dévoile ses ambitions.
Libreopinionguinee.com : Bonjour madame la ministre ! Pour commencer pourquoi vous vous êtes portée candidate indépendante pour la mairie de Matoto?
Domani Doré : Bonjour Macka, Parce que j’ai toujours su que mon rôle en tant que jeune et femme ayant eu le privilège d’aller à l’école était d’être utile à mon pays, surtout que cette commune à travers ses écoles publiques, aujourd’hui, délabrées ont contribué à me former. Une candidature indépendante à notre avis est une occasion pour nous les guinéens – pour une fois – de parler que du développement de nos communes et se servir de ceci pour renforcer les liens séculaires, qui nous lient dans nos localités. Nous accepter entre guinéens pour éviter de fragiliser le tissu social sous le prétexte que nous n’appartenons pas au même parti politique. Pendant ce temps, les difficultés de mal gouvernance locales, de dégradation des routes, de manque de centres hospitaliers décents, de lieux de loisirs quasi inexistants, que nous vivons dans nos communes, continuent. Que mes concitoyens voient en cette candidature indépendante, la possibilité de se reconnaître en une jeune comme la plupart, en une femme, en un citoyen comme eux, et qu’ensemble on se donne les moyens de servir notre commune, pour moi, c’est le plus important. 

Quel est votre programme pour cette commune ?

 Matérialiser les plaintes, les remords et les difficultés que vivent et expriment les citoyens et citoyennes de Matoto, qui sont suivis de leurs propositions de solutions en un programme planifié et prioritairement axé sur l’amélioration de la gouvernance locale dans la transparence. Car, une commune est la conjugaison de tous les départements. Et sans une répartition – loin de l’opacité- que subissent les ressources que génèrent nos mairies, aucun décollage n’est permit. 

Le Rpg jure de barrer la route à toutes les candidatures indépendantes en son sein, comment allez-vous y prendre ?

 Il faut éviter de résumer le RPG Arc en ciel à l’expression d’humeur d’un seul individu, car nous savons tous que pour un parti endurci à la mutation démocratique, le respect de ce que c’est qu’un Etat de droit est un sacerdoce. Cette expression du Droit qui accorde à tous citoyens se sentant brimés dans l’exercice de leurs droits au sein de sa formation politique, quand celle-ci ne respecte pas les règles démocratiques, d’organisation de primaires pour le choix des candidats, d’user de ce recours pour continuer à servir. Comme je le dis à mes amis jeunes et femmes de l’opposition comme de la mouvance : à un moment donné, il faut être capable de réclamer son manteau de membre libre, d’avoir choisi de militer et qui nous donne le droit de figurer sur une liste de parlementaires, de responsables communaux. Etre capable d’affronter des élections et non attendre toujours que l’on nous offre un décret présidentiel. Alors que ce n’est pas seulement dans un gouvernement qu’on peut être utile.

Êtes-vous toujours membres du RPG arc-en-ciel ?

Je crois que vous avez la réponse à votre question plus haut.

Quelle lecture faites-vous le dialogue politique inter-guinéen, qui vient de s’achever au palais du peuple ?

Une mascarade bien orchestrée dans le but de poursuivre la manipulation des masses. J’attends de voir la mise en œuvre de ses conclusions.

Quel est votre bilan à la tête du ministère des sports ?

Mon bilan est celui d’avoir fait de mon mieux avec des hommes et des femmes auxquels je rends hommage durant cette période, en prenant toutes les décisions nécessaires à l’avancement et à la mise en œuvre de la politique nationale du sport en République de Guinée comme le voulait l’esprit de la lettre de mission qui m’a été remise solennellement par Monsieur le Premier Ministre du gouvernement de mission. Je remercie à nouveau le Chef de L’Etat, qui m’a offert cette opportunité de servir à cette échelle de responsabilités et j’en suis ressortie avec l’intime conviction qu’il faut continuer à croire en la Guinée en toute circonstance.

Avez-vous toujours de bons rapports avec le Président Alpha Condé ?

Le contraire m’étonnerait. Vous parlez d’un mentor dont le parcours politique pour moi mérite admiration, car c’est un exemple pour tous en terme de persévérance dans le partage d’une vision. Nos rapports sont respectueux avec une certaine contradiction qui les a toujours caractérisés et le connaissant, il a du mal avec les béni oui-oui. Mais il s’accommode parfois avec eux.

Avez-vous des regrets par rapport à votre appartenance à un gouvernement du Président Alpha Condé ?

Nullement pas, comme je l’ai dis dans mon discours de passation, ce gouvernement m’a tout donné et les choses que j’ai apprises là-bas me serviront à jamais pour ma Guinée et pour l’Afrique. En tant que jeune, cet acte du Prof Alpha m’a permis de me rendre compte que tout est possible par le travail.

Quelle est votre analyse de la situation précaire des jeunes en Guinée ?

Le « Chômage » c’est un phénomène réel et asservissant qui doit être résolu par des initiatives jeunes. Dieu merci, les jeunes se font remarqués aux abords des routes pour ceux qui ont compris que l’on peut résoudre le chômage en acceptant de ne pas tous opter pour l’administration, mais se donner la peine de se constituer en mutuel par secteur d’activités. Que les ouvriers de Koundara se constituent en association et cotisent régulièrement afin que l’on prête de l’argent à celui qui ouvre son atelier et qui après rembourse la cagnotte, que les paysannes de Lola en fassent autant, que les cordonniers de Labé le fassent la même chose, que les coiffeuses de Boké y pensent également, que les artistes traditionnels de Kankan l’envisagent… Bref, que l’Etat viennent se rendre compte que nous nous organisons main dans la main.
Quel est votre message à l’endroit des électeurs de la commune de Matoto que vous voudriez diriger ?

« MATOTO » : c’est la Guinée audacieuse qui porte ma candidature et celles de citoyens qui forment ma liste. C’est celle du travail, de la transparence, car au finish faire de Matoto un modèle de gestion est possible, grâce aux populations de Matoto qui voteront. Qu’ils sachent que se sont eux les patrons. Le candidat qui n’est pas prêt à venir vous donner des raisons de voter, mais qui attend que vous veniez lui témoigner votre soutien n’en vaut pas la peine. Je suis prête à être cette candidate n’est pas seulement à l’écoute mais en action avec et auprès de tous. Il faut qu’on donne une suite utile au sacrifice consentis par nos prédécesseurs comme la Grande Rougui Barry (paix a son âme), au Ministre Touré des travaux publics sous la deuxième République…

Croyez-vous que le Rpg ne va pas vous créer de gros soucis à Matoto?

Les seuls qui peuvent me poser des soucis se sont les électeurs. Ce sont eux qui décident qui sera leur prochain maire et c‘est bien pour ça que je mets toute mon énergie à leur disposition. Le Rpg tout comme les partis de l’opposition sont censés accompagner les efforts de la jeunesse et non le contraire. Alors qu’ils le prouvent en accompagnant les candidatures de jeunes et de femmes. Car qu’ils n’oublient pas que le quinquennat du Prof Alpha Condé, il l’a dédié à nouveau aux femmes et aux jeunes. Et encore merci pour la marque de soutien qui me vient de jeunes, de femmes et d’hommes issus des partis politiques, des indécis, des internautes via les réseaux sociaux, de la diaspora… C’est la Guinée qui gagne. 

Macka balde et Domani Doré
Macka balde et Domani Doré
Domani Doré
Domani Doré ancienne Ministre des sports

Un entretien réalisé depuis Paris par Macka Balde et Sidi Diallo 

Contact Libreopinionguinee@gmail.com +33601064916

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire