Exclusif) Projet de rénovation de la mosquée Fayçal : la main noire de Koutoubou Sanoh ?

0
5527
Alpha Conde et le Roi Mohamed Vl du Maroc
Alpha Conde et le Roi Mohamed Vl du Maroc à Conakry
Partager

La plus grande mosquée de la Guinée se trouve depuis plusieurs années dans un état piteux. Après avoir annoncé ses intentions de rénovation de cet édifice religieux, notre rédaction a appris cette semaine la décision des autorités saoudiennes à mettre un terme à leur engagement vis-à-vis de ladite mosquée.

L’Arabie saoudite ne financera plus la rénovation de la mosquée fayçal. Les raisons ? Une succession de faits que nous vous décrivons ci-dessous à travers plusieurs agissements des autorités guinéennes, notamment celles de la présidence.

En juin 2013, lors du passage à Conakry du Prince Abdul Aziz Al Saoud, le grand imam El Mamadou Saliou Camara lui a adressé une lettre dans laquelle il a sollicité une aide du royaume d’Arabie Saoudite dans le cadre de la rénovation de la mosquée que celui-ci a offert à la Guinée sous le régime Sékou Touré et qui se trouve dans un état délabré, en suintant lors de la saison pluvieuse.

Le gouvernement saoudien accède à cette demande et engage aussi tôt les procédures, en envoyant à Conakry une mission d’études en vue de faire l’état des lieux. Après ce travail qui a abouti à l’élaboration d’un cahier de charge, le cabinet ARIAS est recruté et va se charger de mener des études.

Entre temps, en 2014 le roi Chérifien Mohamed VI effectue une visite à Conakry. Parallèlement aux engagements pris par l’Arabie saoudite, Conakry demande à son hôte de l’aider à réaliser le même chantier. Une onde de choc qui n’a pas plu aux saoudiens, qui ont demandé des explications aux guinéens. Ces débats vont engendrer de nouveaux retards dans l’exécution des travaux.

[A signaler que le Maroc a entièrement financé la rénovation de la mosquée, selon nos informations. Une somme dont la destination reste inconnue. D’autres sources rapportent qu’elle a été détournée par certains cadres de la présidence.]

Un peu plus tard, l’ambassade de l’Arabie saoudite à Conakry a lancé un nouvel appel d’offre à l’interne, en collaboration avec ARIAS pour l’exécution du projet de rénovation. A ce moment précis, le ministre guinéen de la coopération s’appelle Koutoubou Moustapha Sanoh. Selon notre source, l’ancien secrétaire général des affaires religieuses a demandé au donateur saoudien d’annuler la procédure et de relancer un appel d’offre général. Causant ainsi, un nouveau retard dans l’exécution du projet. Ajouté à cela l’épidémie à fièvre hémorragique Ebola.

Après que l’OMS ait déclaré le pays débarrassé du virus (Juin 2016), l’ambassade de l’Arabie  saoudite rouvre ses portes. Conformément à la demande du ministre de la coopération d’alors, un nouvel appel d’offre est lancé. [Ref. Journal des appels d’offre et offres d’emplois N*272 du lundi 18/07/2016]  

Le 27 juillet 2016, le ministre Koutoubou Sanoh, désormais ministre conseiller à la présidence de la république a adressé une lettre au Royaume d’Arabie Saoudite au nom d’Alpha Condé.

Lire la lettre (version arabe)

Le conseiller diplomatique du chef d’Etat guinéen demande de façon claire aux saoudiens qui regorgent des meilleurs spécialistes en architecture arabo-musulman, de se référer à l’administration des grands projets rattachée à la présidence de « l’aider à choisir l’entreprise qui devra exécuter les travaux… »

De son côté, l’ambassade est restée muette face à cette énième sollicitation. Entraînant l’arrêt du projet. D’ailleurs, une source nous confie que les saoudiens ont mis une croix sur la mosquée Fayçal.

Affaire à suivre !

Lincoln (669 82 17 77/621 18 98 71)

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire