Environnement-Dubréka : saisie d’un camion chargé de madriers dissimulés dans du sable

0
870
Guinee madrier
Partager

Dubréka, 26 août (AGP)- Le Commissariat urbain de Police de Tanènè Bouramayah a saisi le 22 août 2016 dernier, un camion chargé de bois dissimulés dans du sable, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture de Dubréka.

C’était un camion benne de marque Volvo, immatriculé RC-0537-K, conduit par Mamadou Lamarana Kanté, qui a été pris en flagrant délit de transport frauduleux de bois, dans la sous-préfecture de Tanènè Bouramaya, par les agents du Commissariat urbain de Police. Il avait à son bord, 67 madriers dissimilés dans le sable.

Face aux mesures gouvernementales interdisant le transport frauduleux de bois en vue de parer à la coupe abusive et anarchique, certains trafiquants de bois empruntent des camions bennes dans lesquels ils dissimulent le bois sous le sable pour passer inaperçus les postes de contrôle.

Informé de la saisie, le sous-préfet de Tanènè Bouramaya, Mohamed Youla a instruit au commissaire, de conduire le camion et tous ceux qui sont à bord, au siège du Commissariat urbain de Tanènè.

Ainsi, après les premières auditions, le camion benne et son contenu ont été transférés à Dubréka-ville, chef-lieu de la préfecture, pour des fins d’enquête.

Dans sa déclaration au Commissariat, le chauffeur, Mamadou Lamarana Kanté a indiqué, qu’il a accepté ce service, parce que le propriétaire des bois avait mis dans le réseau un conservateur de la nature en la personne du caporal-chef Mamady Kankou Condé. Quand le camion fut saisi, ce dernier, en complicité avec le chef de Cantonnement, a mené les démarches pour que le camion soit libéré.

Les autorités à tous les niveaux, étant déjà saisies de cette affaire, ont promis «de respecter et de faire respecter l’esprit de la lettre circulaire du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (ATD), interdisant le transport frauduleux de bois, jusqu’à nouvelle ordre. Dans laquelle circulaire, les autorités à tous les niveaux sont mises en garde pour risque de perdre leurs postes».

Cependant, contrairement à cet esprit de lutte contre le réchauffement climatique, la désertification et l’ensablement causés par la coupe abusive et anarchique du bois, certains agents de l’Environnement, sensés de protéger les ressources de la nature, se laissent corrompre par les trafiquants de bois, à cause des montants qui les sont proposés. Pendant que, ceux qui ne connaissent pas ce réseau attendent la levée de l’interdiction.

AGP

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire