Enjeux de pouvoir : La nouvelle position de Dr. Diané, va-t-elle diluer la force du PM ?

Dr Mohamed Diane

Mieux, le Président a lourdement  renforcé la position de certains ministres reconduits pour s’assurer qu’il est le seul maître à bord mais aussi, fait non négligeable, pour contenter les Rpgistes qui commençaient à craindre une sorte d’abandon du pouvoir entre les mains du nouveau PM, non issu des entrailles du parti.

a

En effet, c’est Dr. Diané qui cumule les fonctions stratégiques du ministre de la défense et du ministre d’État en charge des affaires présidentielles, qui devient de facto le numéro 2 du régime.

Du coup, d’aucuns se demandent si la nouvelle position de Dr. Diané ne vient pas diluer la force que devrait avoir le PM dans la nouvelle structure gouvernementale et l’enthousiasme qui s’était emparé de bon nombre de personnes de voir ce PM jouer les premiers rôles. Par son nouveau positionnement, Dr. Diané devient en quelque sorte, sur papier en tout cas, le passage obligé pour le PM avant d’aller vers le Président sur les questions d’intérêt majeur pour la nation.

En outre, le Président a ouvert les portes du gouvernement à certains acteurs de l’opposition, y compris l’ex porte-parole de celle-ci.

C’est peut-être en raison de cette inconstance des convictions de certains en matière politique que le Président  de la République avait, un moment, promis la pulvérisation de l’opposition. A l’allure où certaines alliances se nouent en sa faveur et celle de sa formation politique de base, il n’est pas exagéré de dire que ses promesses sont tenues à certains égards, mais pas totalement.

Qu’il le dise ou pas le nouveau PM doit tirer les leçons de tout le film de composition du gouvernement. Autrement dit, il doit élaborer des scenarios et choisir un parmi ceux-ci, dans le cadre de sa collaboration avec le Président et les hommes forts du régime. Il devrait faire un choix entre la posture très suiviste des précédents premiers ministres et la posture proactive que bon nombre de Guinéens réclament et attendent de lui pour conduire des reformes osées. Bref, il doit être capable d’avancer en eaux troubles sans perdre son équilibre. Seul le temps jugera du choix opéré par le nouveau PM. Mais ce qui est sûr, la tâche sera plus qu’ardue pour lui.

Youssouf Sylla, juriste-analyste

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here