ELECTIONS 2015 – LA CENI : « NOUS AVIONS À FAIRE À DEUX ÉLECTIONS, NOUS AVONS PRIVILÉGIÉ LA PRÉSIDENTIELLE POUR NE PAS VIOLER LE MANDAT PRÉSIDENTIEL », DIXIT LE VICE PRÉSIDENT

Ceni Guinée

Ceni GuinéeLa  commission électorale nationale indépendante a tenu une conférence de presse jeudi 12 mars 2015 à Conakry.

Cet entretien avec les hommes de média était axé sur les retombées de l’atelier de KINDIA. Cet atelier a permis à l’institution électorale de fixer les dates des différentes élections en Guinée. L’élection présidentielle aura lieu le 11 octobre 2015, quant aux élections législatives elles doivent encore attendre le

premier trimestre de 2016.

Cette annonce n’est pas tout à fait bien accueillie aux seins des partis politiques de l’opposition qui disent ne pas pouvoir participer à des élections présidentielles organisées par des délégations spéciales installées par le pouvoir.

Dès l’entame, IBRAHIMA KALIL KEITA, vice président de la CENI a tenté de justifier le choix de KINDIA.

« ‘’Les accords du 3 juillet’’ exigeaient la tenue des communales tout en écartant SABARI TECHNOLOGY et WAYMARK, ce qui fut fait. Mais le fichier électoral beaucoup critiqué en 2013 pour ses anomalies devait être corrigé, c’est ainsi qu’on a recruté ICT du mali pour ce travail qui ne prit fin qu’en février. Ajouter à tout cela l’épidémie Ebola, raison pour laquelle les communales n’ont pas eu lieu en 2014. On ne pouvait pas organiser une élection avec un fichier non révisé. » Mr KEITA de continuer, « c’est comme ça qu’on s’est retrouvé en 2015 avec deux élections, nous avons privilégié la présidentielle pour ne pas violer le mandat présidentiel. » A-t-il soutenu

Violation de la loi, une des inquiétudes que nous avons posées à Mr SALIFOU KEBE directeur du département juridique de la CENI, « la date de l’élection présidentielle est immuable, c’est prescrit dans la constitution et tout le monde peut y voir. Vu que l’on ne peut pas faire bouger une date prescrite dans nos lois nous avons considéré qu’il était opportun de commencer par là. »

Toutefois, la CENI se dit confiante et rassure les électeurs guinéens quant à la transparence des élections présidentielles et communales. Elle précise tout de même qu’elle propose un calendrier et que c’est au président de prendre un décret.

kalenews.org

www.libreopinionguinee.com

 

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here