Dernière minute : Le BL, le PEDN et Cie pestent contre l’Accord et mettent en place une plateforme

0
5199
Faya Milimouno du BL en Conference de presse
Partager

Depuis la signature de l’Accord mercredi dernier entre la mouvance et l’opposition républicaine autour des nominations des chefs de quartier et district, des partis de l’opposition ne cessent de protester. Parmi eux le Bloc Libéral de Faya Millimouno, le PEDN de Lansana Kouyaté, l’UGDD, le BOC de Ibrahima Sory Diallo et des membres de la société civile. Pour appuyer leur rejet de cet accord, une plate forme appelée ‘’Front National pour la Défense des Droits du Citoyen’’ vient de voir le jour. Ses membres accusent le pouvoir et certains politiques d’encourager une dérive anti-démocratique et anti-constitutionnelle. Selon le président du Bloc libéral (BL), Dr Faya, ce groupe qui est composé à la fois des acteurs de la société civile, mais aussi les acteurs politiques fait « suite au dialogue qui a eu lieu à la Primature où un accord a été signé, il y a particulièrement un élément qui touche ses acteurs de la société civile et ses acteurs politiques qui sont là. Il y a eu un assaut sur la liberté des populations guinéennes qui peut choisir directement par une élection leurs chefs de quartiers et leurs chefs de districts. Ceux-ci constituent un recul par rapport à nos ambitions de démocratisation de la société guinéenne et notre ambition de construire un état de droit ». « C’est exclusivement, ajoute-t-il, ce qui constitue le dénominateur commun entre les deux groupes d’entité donc la société civile et les partis politiques qui vont se donner les mains pour faire en sorte que cette forfaiture ne devient pas une action pour tout le monde, pour que cette mesure ne devient pas une loi dans notre pays », a expliqué le leader qui a claqué la porte du dialogue inter guinéen. Et d’enfoncer le clou: « nous utiliserons tous les moyens légaux pour empêcher cette dérive en Guinée que nous confère la constitution guinéenne, aucun moyen illégal ne sera utilisé, nous ne voulons pas entrer dans un débat personnel, nous sommes dans ce combat pour nous battre pour des valeurs positives. Nous ne sommes pas dans le combat d’un individu, mais d’un peuple, on ne négocie pas un principe, si on le fait, les citoyens perdent leur droits ».

De son côté, le porte-parole du PEDN de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, François Bourouno a renchéri: « dire que nous sommes des frustrés, c’est oublier les raisons du combat que nous avons mené depuis 2011 au lendemain de l’élection du président Alpha Condé. Nous nous sommes battus pour le meilleur développement de la Guinée ». « Nous avons toujours dénoncé, si nous dénonçons une entorse que le pays est entrain de subir, on a le droit de nous traiter de petits partis ? Nous sommes déçus des accords. Cet accord a trahi le peuple de Guinée, trahi les valeurs pour lesquelles nous nous sommes toujours battus, nous dénonçons cette dérive, cet accord retire le droit aux citoyens », a pesté Bourouno.

MediaGuinee

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire