Dalein monte au créneau : « cette fois-ci, on ne l’acceptera pas. A l’heure où je vous parle… »

Le leader de l’UFDG, Elhadj Cellou Dalein Diallo monte au créneau après le scrutin du 04 février 2018.

a

« Il y a eu un vote massif par procuration. Or, la CENI avait annoncé, la veille, la limitation des procurations à cinq par bureau de vote. Cette décision a été violée. Cela n’a pas suffi parce qu’au dépouillement, on s’est rendu compte que l’UFDG avait largement gagné dans les cinq communes de Conakry, à Ratoma, Dixinn, Matoto et Matam et dans beaucoup de circonscriptions à Kissidougou, Macenta, Kindia, Boké et Kamsar. Mais à partir d’aujourd’hui, le parti présidentiel utilise une autre stratégie, celle de faire annuler par les commissions de centralisation les PV de dépouillement des bureaux de vote dans lesquels l’UFDG est arrivée largement en tête. C’est dans ce cadre qu’ils ont annulé à Kindia, Dabola et dans certaines circonscriptions comme Matam. Cette fraude massive vise à donner des avantages au parti présidentiel. A l’heure où je vous parle, ils ont annulé 18 bureaux de vote dans lesquels l’UFDG avait plus de 80% des voix dans nos fiefs à Kindia. Nos votes sont annulés, de manière sélective, par les magistrats qui président les CACV pour diminuer nos suffrages, sous prétexte qu’il y avait des ratures ou que les enveloppes n’étaient pas scellées. Nous voulions un scrutin transparent, pour que le meilleur gagne et que la vérité des urnes triomphe. Jusqu’au dépouillement des bureaux de vote, nous, on s’est rendu compte que l’UFDG a largement gagné ce scrutin dans des zones réputées, habituellement, acquises au pouvoir. Comme à N’zérékoré, Macenta, Kissidougou et Conakry, notamment à Matoto et Matam où nous avons fait des performances extraordinaires. Maintenant, ils veulent corriger cela pour voler notre victoire. Maintenant, que faire ? Nous allons utiliser tous les recours, y compris la rue pour revendiquer l’application de la loi. Nous n’allons jamais accepter que les suffrages que le peuple nous a accordés, soient détournés ou annulés, arbitrairement. Nous n’allons pas l’accepter, cette fois-ci. On ne l’acceptera pas. On usera de tous les moyens pour défendre nos droits, nos suffrages. Si le RPG, les démembrements de la CENI ou la CENI veut nous priver de nos suffrages, on se défendra », a-t-il martelé.

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here