Cybercriminalité: les députés guinéens votent une loi très dangereuse pour la presse lisez !

0
158
Assemblée nationale Guinée
Partager

Assemblée nationale, les députés de tous les trois groupes parlementaires de l’Assemblée nationale guinéenne ont voté, ce jeudi 2 juin 2016, l’adoption de la loi sur la cybercriminalité. Un projet que des cadres ont conçu en y incriminant la presque totalité de nos liberté. Et, sans réfléchir aux tenants et aboutissants, l’Assemblée, devenue une caisse de résonance du pouvoir, une chambre d’enregistrement des desiderata de nos gouvernants, a donné son « quitus » formel…

Des articles vagues, des condamnations pécuniaires impossibles à payer et des graves privations de libertés sont ainsi possible avec des incriminations légères… Avec la complicité de nos députés, la Guinée est en train de tourner totalement le dos à la liberté de la presse et d’expression pour condamner la moindre possibilité d’indépendance et de liberté des journalistes en lignes, des webactivistes et autres lanceurs d’alerte.

Et quand on apprend que ce sont seulement les honorables Aboubacar Soumah, député uninominal de Dixinn, et Fodé Maréga de Dinguiraye qui ont décidé, au moins, de s’abstenir, on se demande bien comment est-ce que les députés de toutes les obédiences politiques de notre pays peuvent-il décider de fermer ainsi les yeux sur ce grave recul de la démocratie et des libertés pour voter contre l’existence même de nos médias…

A rappeler que cette loi prévoit jusqu’à la prison à perpétuité pour les personnes qui divulgueraient « des informations devant rester secrètes » ; ce qui pourrait être utilisé contre les lanceurs d’alerte par exemple. Elle criminalise également les « injures, la diffusion, les fausses informations ». étant donné qu’il appartiendra au juge de décider ce que c’est que la diffamation, l’injure et autres, il y a bien des raisons à s’inquiéter de ces différentes menaces contre journalistes en lignes, bloggers et autres lanceurs d’alerte en République de Guinée.

Aujourd’hui, ceux qui ne le savaient commencent à bien comprendre que les « élus du peuple » ne représentent en réalité que leurs intérêts personnels… Ils sont, et très loin d’ailleurs, de représenter le peuple de Guinée qu’ils prétendent défendre.

Plus que jamais, ce vote montre que la République de Guinée recul ! En titrant et prétendant vouloir lutter contre « la cybercriminalité », des libertés « offertes » par le « régime militaire » du général Lansana Conté sont en train d’être « assassinées » par des « démocrates » qui veulent tout contrôler et museler même ceux qui ne s’expriment que sur la toile. Et, des députés qui ne lisent que les SMS et les articles qui chantent leurs éloges ne font aucun effort pour éviter de criminaliser le travail des simples journalistes, des webactivistes et autres lanceurs d’alertes.

Il est peut-être temps que les journalistes, acteurs de la société civile et protecteurs des droits humains se lèvent pour contester cette dangereuse loi…

Nouhou Balde Guineematin

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire