Crise politique en Guinée : Un gouvernement d’union nationale est-il (réellement) à l’ordre du jour ?

0
4680
Cellou Dalein et Alpha Conde à Dixin
image Cellou Dalein et Alpha Conde à Dixin
Partager

Le climat politique guinéen se décrispe peu à peu. L’atmosphère devient plus normale qu’elle n’a été depuis l’avènement de la troisième République en 2010. Une situation rare mais très appréciée par l’écrasante majorité des guinéens. D’autant plus qu’elle est le résultat d’une rencontre entre le président Alpha Condé et son principal opposant Cellou Dalein Diallo au début de ce mois de septembre.
Une rencontre que beaucoup perçoivent aujourd’hui comme un « rapprochement » entre deux hommes qui se vouaient pourtant de l’animosité. Et à travers ce rapprochement, une « trêve » entre les deux camps, mouvance et opposition.
Aujourd’hui, plusieurs langues se délient sur la formation d’un éventuel « gouvernement d’union nationale ». Notamment du côté des acteurs politiques et sociaux. Par médias interposés, nombreux sont parmi eux qui pensent que la formation d’un gouvernement d’union nationale s’impose de nos jours comme une « nécessité ».
Pour eux, le peuple traverse une période de misère économique provoquée par des facteurs sociopolitiques endogènes et ses corolaires d’ethnocentrisme, de népotisme, d’affairisme, de clanisme etc. Plongeant le pays dans un « goulot d’étranglement » qui l’empêche de sortir de l’ornière.
Pour changer la donne, ils estiment que le pays doit être gouverné autrement. Pour cela, ils estiment la formation d’un « gouvernement d’union nationale » est imminente. Ce dernier sera composé de toutes les entités sociopolitiques du pays et aura pour principal objectif, restaurer la bonne gouvernance pour redorer le blason de l’économie nationale. Afin d’améliorer le panier de la ménagère qui trinque malgré les multiples efforts du gouvernement.
Toutefois, même si cette idée de gouvernement d’union nationale fait aujourd’hui débat dans les médias et les cafés de Conakry, pour l’instant, aucun indice ne montre qu’elle puisse prospérer. Car si du côté de l’opposition on l’approuve, du côté de la majorité présidentielle on est plutôt mou.
Samory Keita

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire