Cri de détresse depuis le Maroc de M’Mahawa Soumah la mère des quintuplé (explications sensibles)

0
6873
Partager

Madame Dioubaté née M’mahawa Soumah, la maman des quintuplé n’est pas à l’aise du coté de Casablanca au Maroc. Pour cause la société Hel4 You a diminué sa prestation à l’endroit de la pauvre dame et de ses quatre nourrissons. Ceci, à cause du non-paiement par l’Etat guinéen de sa contrepartie financière de la prise en charge sanitaire.

Selon nos informations, la société médicale marocaine a limité la livraison des produits alimentaires destinés aux nourrissons, les interventions sanitaires pour le suivi-médical des bébés et aussi la prestation sanitaire accordée à la dame. Elle aurait même menacé de couper le courant électrique et de mettre fin à la fourniture d’eau potable dans l’appartement occupé par la pauvre dame.

Une situation qui préoccupe son mari et l’amène à faire appel de nouveau à l’Etat pour une intervention d’urgence : « je suis très inquiet de la situation que traverse ma famille au Maroc. Le directeur de la société hel4 You m’a appelé pour me dire qu’il est obligé d’agir ainsi puisque l’Etat guinéen n’a pas honoré son engagement. Et moi je n’ai pas les moyens pour prendre en charge les frais de la prestation. Je reviens encore vers l’Etat guinéen, notamment le Pr Alpha Condé afin de nous venir en aide. Après l’accouchement de ma femme, le président m’a appelé pour me rassurer en me disant qu’il va prendre en charge tous les frais» nous a confié l’époux Dioubaté

L’on se demande pourquoi les choses trainent alors que le Président de la République a déjà donné son accord de principe. Est-ce que c’est le ministère de la santé, du Budget ou de l’Economie qui traine les pas ? Point d’explications à date malgré nos multiples tentatives auprès des autorités en charge de la Santé

Inutile de rappeler que les bébés sont des prématurés qui ont besoin d’un suivi médical constant. Cinq enfants à l’accouchement, un bébé d’ailleurs l’unique fille n’a survécu quelques semaines après.

Accent G

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire