Conakry: Des partisans de Bah Oury agressés à Bambeto

0
168
Partager

Conakry des partisans de Bah Oury ont été agressés cet après midi à Bambéto dans la haute banlieue de Conakry. Le bilan est d’au moins deux blessés.
Tout comme les précédents jours, ce samedi, le premier vice président de l’UFDG, Bah Oury « exclut » du parti était programmé cette fois, par la jeunesse de Bambéto. Peu avant la rencontre, la mobilisation grossissait au fur et à mesure que l’heure s’approchait. Des jeunes issus de plusieurs quartiers et secteurs cherchaient à rallier le lieu de la rencontre.
Dans la ferveur, ils étaient plusieurs dizaines de jeunes qui voulaient prendre part au meeting du leader politique. Mais arrivés au niveau du carrefour de Bambéto, ils sont soudainement pris en tenaille par deux groupes de loubards qui les agressent physiquement. Certains recevront de violents coups de poings, de gourdins et d’autres des cailloux. Faisant ainsi plusieurs victimes, parmi lesquelles deux sont grièvement atteintes.
C’est le cas d’Abdoulaye Bah qui a été sauvagement battu par les assaillants. Le visage enflé et bandé, il explique les circonstances de cette agression. « On se rendait au lieu de la rencontre lorsqu’on nous a agressés au carrefour de Bambéto. C’était entre 16h-17h. Nous avons été encerclés par deux groupes de jeunes. Un était derrière nous, c’est ce groupe qui indexait les gens, l’autre qui se trouvait en face, nous a interceptés et agressés. Ils disaient que c’est nous qui avons invité Bah Oury dans le qurtier », explique M.Bah. Il dira avoir pu identifier un des assaillants. « J’ai reconnu un des agresseurs, il vient souvent au domicile de Bah Oury à Lambanyi », coasse-t-il.
Tout comme ce dernier, Thierno Amadou Bah aussi a été sérieusement molesté par les badauds. A la différence d’Abdoulaye, lui il a reçu plusieurs coups sur la tête. Au moment où nous allions sous presse, il recevait ses premiers soins.

Aux dernières nouvelles Bah Oury et ses partisans étaient en réunion de crise.

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire