colère de l’Égypte, « La nomination d’Alpha Condé n’a pas été débattue lors de l’assemblée de l’UA »

0
165
Partager

Si Jean-Louis Borloo sait se prévaloir de la bienveillance de François Hollande, il met surtout en avant le soutien de plusieurs chefs d’Etat africains pour poursuivre ce qu’il considère comme sa mission. A commencer par le Guinéen Alpha Condé.

Depuis janvier, le « vieux sage » d’Afrique de l’Ouest bénéficie du titre de « coordinateur des engagements de l’Afrique dans les négociations mondiales sur le changement climatique ». Cette désignation par l’Union africaine (UA) semble cependant avoir été actée dans des conditions troublantes. Assez en tout cas pour que l’Egypte, qui préside le comité des chefs d’Etat africains sur le changement climatique, se soit sentie en droit d’exprimer officiellement des réserves. « La nomination d’Alpha Condé n’a pas été débattue lors de l’assemblée de l’UA. Nous ne savons pas d’où elle sort », explique-t-on dans l’entourage du ministre de l’environnement, Khalid Fahmi, en évoquant un paragraphe découvert après coup dans les décisions publiées au lendemain du sommet. L’UA s’est engagée à réexaminer les minutes de la séance litigieuse.

En attendant, c’est fort de ce nouveau costume que le leader guinéen a remis aux chefs d’Etat présents à New York, le 22 avril, un projet d’« accord en vue de la création d’une agence pour l’électrification de l’Afrique ». Le prochain acte se jouera à Kigali, en juillet, lors de la conférence de l’UA, où le texte pourrait être proposé à la discussion des 54 pays membres.
A Paris, au siège de la fondation Energies pour l’Afrique, Smaila Camara, proche collaborateur de Jean-Louis Borloo, assure que les deux initiatives ne se font pas concurrence. L’ancien ministre, lui, ne souhaite pas commenter.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/05/12/coupure-de-courant-entre-borloo-et-les-africains_4917852_3212.html#hctZF61E7Ir85YTM.99

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire