Brexit: inquiets, François Hollande et Angela Merkel préparent la suite

0
129
François hollande et Angela Merkel
Partager

Le président français et la chancelière allemande s’entretiendront lundi avec le président du Conseil européen et le Premier ministre italien pour évoquer le Brexit, la veille du Conseil européen.
Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont réagi tard en fin de matinée ce 24 juin à l’annonce de la victoire du Brexit au Royaume-Uni. Hollande a annoncé des initiatives françaises pour organiser un « sursaut européen ». Angela Merkel a, de son côté, regretté ce « coup porté à l’Europe et au processus d’unification de l’Europe ». Les pourparlers vont commencer pour négocier la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) dès lundi, avec une rencontre à Berlin de Merkel, Hollande, du président du Conseil européen Donald Tusk et du Premier ministre italien Matteo Renzi.

Lors d’une allocution ce vendredi 24 juin peu après midi, François Hollande a appelé à des « changements profonds » en Europe, qui doit « se concentre[r] sur l’essentiel ». Le chef de l’Etat a cité les domaines de la sécurité, de la défense et la protection des frontières, de l’investissement pour la croissance et l’emploi, des politiques industrielles, de l’harmonisation fiscale et sociale et le renforcement de la zone euro et de sa gouvernance.

Pour François Hollande, «le vote des Britanniques met gravement l’Europe à l’épreuve».

Il a demandé à ce que les procédures qui prévoient la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne soient « rapidement appliquées ». De son côté, la chancelière Angela Merkel a mis en garde contre des réactions trop « rapides et simples » des 27 pays qui vont rester dans l’UE. Elle a appelé l’UE à « analyser la situation calmement et [à] ne pas prendre de décisions précipitées » après ce vote du Brexit.

Hollande : « Le danger est immense face aux extrémismes et aux populismes »

Angela Merkel a également déclaré que le vote en faveur du Brexit était « un revers pour l’intégration européenne ». Elle a parlé de « coup porté à l’Europe et au processus d’unification de l’Europe ». Hollande a confirmé que le Brexit mettait « gravement l’Europe à l’épreuve », qui « ne peut plus faire comme avant ».

Il a ajouté : « Le danger est immense face aux extrémismes et aux populismes […] L’Europe est une grande idée et pas seulement un grand marché, et c’est sans doute à force de l’avoir oublié qu’elle s’est perdue. » Angela Merkel a poursuivi : « Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons affirmer toutes ces valeurs qui sont les nôtres. Nous ne devrons jamais oublier, et surtout pas aujourd’hui, que l’idée de l’unification était une idée de paix. Après toutes ces violences et des années de guerre, nous avons établi une paix durable. Cela restera, c’est une évidence. »

Angela Merkel a expliqué que le Brexit était «un revers pour l’intégration européenne».

La chancelière allemande a annoncé qu’elle accueillera le président français François Hollande, le président du Conseil européen Donald Tusk et le Premier ministre italien Matteo Renzi à Berlin lundi 27 juin pour des pourparlers post-Brexit. Le Conseil européen se réunira ensuite mardi et mercredi à Bruxelles. Hollande, Merkel et Tusk s’étaient entretenus au téléphone vendredi matin peu après l’annonce officielle des résultats, pendant une vingtaine de minutes.

RFI

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire