Au milieu du chaos, Alphonse Youla, héros de l’aéroport de Bruxelles

0
119
Partager

Alphonse Youla, employé de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, a secouru plusieurs personnes lors des attentats qui ont frappé la capitale belge.

Au moins 31 morts, entre 270 et 300 blessés. Tel est le bilan provisoire des attentats qui ont touché Bruxelles en plein cœur mardi 22 mars 2016. Après la France, la Turquie, la Côte d’Ivoire, le Mali, nos voisins belges pansent leurs plaies en ce sombre mois de mars.

Une sale période, dans un monde sombre qui, à première vue, semble dépourvu de héros et laisser bien peu de lueurs d’espoir. C’est sans compter sur Youla, Alphonse de son prénom. Le voici après l’enfer, les mains maculées de sang.

Comme chaque matin, cet employé de l’aéroport de Bruxelles était au check-in pour emballer les bagages des voyageurs. Il entend alors deux détonations :Alphonse Youla bruxelles

“J’ai entendu deux explosions… la deuxième était énormément forte. J’ai entendu un homme crier, parler dans une langue arabe. Dès qu’il avait fini, il y a eu une détonation… énorme.”
Il est 8 heures lorsque cette double explosion retentit dans le grand hall des départs de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem. Le décor est sinistre. Au milieu de la poussière et des décombres, des morts (11 personnes selon le dernier bilan du ministère des Affaires étrangères), des blessés (90 au moins, selon le centre de crise du ministère de l’Intérieur belge), au sol.

“Il y avait vraiment beaucoup de blessés, beaucoup de panique. Tout le monde courait de gauche à droite… Je voyais des corps gisant sur ​​le sol avec beaucoup de sang, ils étaient inanimés.”
Conscient qu’il s’agit d’attentats, Alphonse Youla, vêtu d’un uniforme vert, ne fuit pas l’horreur. Comme il le raconte à plusieurs médias internationaux, les vitres du plafond ont explosé au-dessus de sa tête et celle de voyageurs avant de leur tomber dessus. Les éclats de verre ont brisé les deux jambes d’une femme. Youla se réfugie alors, dans un premier temps, dans une cachette.

“Je suis allé me cacher sous mon stand, j’ai trouvé une personne à terre, elle ne bougeait pas, elle avait trop de sang. Il y avait aussi une dame, couchée vers l’escalator de derrière, j’ai remonté ses deux jambes pour stopper un peu l’hémorragie.”
Le Bruxellois de 40 ans commence alors à transporter des personnes pour les mettre en sécurité, comme le montre cette photo amateur diffusée par l’agence Reuters.

youla

“J’ai transporté six ou sept personnes au total. Certaines ne bougeaient plus ou avaient une partie du corps manquante.

J’ai également aidé deux agents de police qui avaient les jambes broyées, et deux dames aussi, assises, qui ont perdu leurs deux jambes, comme leur mari.”
Le héros de l’aéroport finit par être évacué par des policiers. Et craque une fois hors de l’enfer qu’il a vu et vécu.

“Je suis vraiment choqué jusqu’aux larmes. Je ne m’attendais pas à ça.”
L’humanité ne s’attendait pas à ça non plus, donc merci, Monsieur Alphonse Youla.

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire