Arrivée à Conakry des dépouilles mortelles des 4 soldats guinéens tués à Kidal, « les familles des victimes s’inquiètent »

0
1826
Dépouilles des soldats Guinéens tuées à kidal Mali
Partager

Les corps des quatre soldats guinéens du bataillon Gangan 2 tués le 8 juin dans une attaque terroriste perpétrée contre le camp de la mission de l’ONU à Kidal sont arrivés jeudi 15 juin à Conakry à bord d’un cargo onusien de couleur blanche qui a atterri sur la piste de la base aérienne de Yimbaya.

Les corps ont été accueillis dans une atmosphère de consternation, de pleurs et de tristesse qui étaient lisibles sur les visages des parents, amis et collaborateurs.

Les dépouilles mortelles des soldats étaient accompagnées par une délégation de la MINUSMA conduite par le général Jean Deconik.

On y notait la présence du ministre de la défense nationale, Dr Mohamed Diané et du chef d’Etat-major des armées, le général Namory Traoré et plusieurs membres de la famille des victimes.

Très touché par cette attaque ayant causé la mort de nos valeureux soldats, le ministre de la défense nationale a exprimé toute sa consternation face à cette perte.

« C’est un moment vraiment triste. Perdre de vaillants soldats sur le champ de bataille pour la lutte pour la paix et la quiétude dans un pays voisin, un pays frère ; surtout la lutte contre le terrorisme qui est devenue aujourd’hui une menace pour toute la planète, car aucun pays n’est à l’abri. C’est dans le cadre de la mission de maintien de la paix au Mali que ces combattants ont été déployés. Et comme vous le savez, ce n’est pas la première fois. Pour la première fois, nous avons perdu deux combattants, ensuite il y a eu 7 et aujourd’hui, nous recevons 4 corps. C’est un bilan très lourd pour le peuple de Guinée », a déploré Mohamed Diané.

Selon lui, malgré ce bilan lourd, l’armée guinéenne restera toujours à Kidal pour combattre le terrorisme aux côtés des forces onusiennes et maliennes.

« Le Mali et la Guinée sont deux pays frères, deux pays limitrophes, nous sommes liés par l’histoire, par la géographie. Donc, il ne peut pas y avoir de l’instabilité dans un pays frère et que notre pays soit en reste. Et nous devons participer au maintien de la paix dans la sous-région et sur le plan international. Et c’est dans ce cadre que nous avons déployé nos forces de défense dans les opérations de maintien de la paix au Mali », a-t-souligné.

Les parents des victimes sont inconsolables, leur souci, comment l’Etat fera face aux familles des victimes.

C’est le cas de la famille adjudant-chef Alseny Yarie Conté qui laisse derrière lui une veuve et 6 enfants.

« Mon souci aujourd’hui, c’est comment l’Etat va faire face à ses enfants et sa famille, parce qu’il est mort dans une mission de l’Etat », s’inquiète un de ses parents.

Et son beau-frère, Dr Youla Yamoussa d’ajouter : « je suis sans mot. Je viens de perdre mon beau-frère Alseny Yarie conté. Je regrette cette attaque de Kidal. Nous sommes dans une douleur très profonde, dans une désolation, mais puisqu’il est tombé dans un terrain de bataille pour une mission d’Etat, on s’en remet à Dieu. Et à notre tour, nous savons compter sur l’Etat guinéen. J’avoue que ce jeune soldat a laissé beaucoup de famille. Donc c’est vraiment regrettable pour nous. J’avoue que le jour où l’attaque a eu lieu, on a échangé et il m’a envoyé beaucoup de ses photos et m’a félicité pour le baptême de ma fille. Nous ne pouvons qu’interpeller l’Etat à faire face aux familles que ces soldats ont laissé derrière eux ».

Les funérailles des quatre soldats tombés à Kidal sont prévues pour ce vendredi 16 juin 2016 à la base aérienne de Yimbaya, dans la commune de Matoto.

Conakry infos

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire