Alpha Condé a trouvé en François Soudan, un chargé de mission pour faire le sale boulot

1
2241
Amadou Diouldé Diallo journaliste sportif
Amadou Diouldé Diallo journaliste de la Rtg
Partager

Je suis partagé entre l’admiration que j’ai pour ce journaliste qui est à mes yeux l’une des meilleures plumes de l’espace francophone et l’indignation de le voir se mettre au service de la propagande populiste et dictatoriale de certains chefs d’état africains, avec, en prime, ceux connus sur les bords de la Seine, autour du verre de la tasse de thé dans les cafés et bars qui ont pignon sur rue.

C’est naturellement le cas du président Guinéen Alpha Condé que François Soudan vient de présenter dans une des livraisons de « JEUNE AFRIQUE », comme étant un messie, un sauveur d’une Guinée malade, ayant un amour tyrannique pour cette Guinée qu’il ne connaît même pas assez et les Guinéens dont il ne partage ni les préoccupations ni les perspectives. Alors comment François Soudan peut-il, à la faveur d’une simple vue aérienne d’un voyage de moins d’une heure entre Conakry et Kamsar, ponctué d’un accueil spontané d’une poignée de citoyens, résumer les liens relationnels entre Alpha Condé et ses compatriotes sans même chercher à faire ne serait ce que l’exercice de l’équilibre de l’information en interrogeant simplement certains d’entre nous, si nécessaire, faire le constat de la réalité était devenu un sacerdoce? Je comprends François Soudan, le faire équivaudrait à la réduction du poids de la mallette d’argent, celle-là même qui régule et lubrifie, depuis des décennies maintenant, les relations entre certains journalistes de l’Hexagone et les chefs d’Etat Africains.

Le journaliste François Soudan fait partie de ce pré carré de vautours de la plume récidiviste à souhait quand il s’agit de présenter le faux à la place du vrai. Exemple : dans sa dernière livraison et une antérieure, il a traité Cellou Dalein Diallo de chef de la communauté Peule alors qu’il est bel et bien président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne consacré par une loi votée par l’Assemblée Nationale. En présentant délibérément Cellou Dalein Diallo comme chef de la communauté peule, François Soudan fait le jeu de ceux qui s’attèlent et s’activent à l’isoler et à l’exclure de chef des Peuls alors que l’ UFDG est un parti national dans tous les sens.

Alpha Condé a trouvé en François Soudan, un chargé de mission pour faire le sale boulot de présenter Cellou Dalein Diallo à qui il doit pourtant cette paix sociale comme un communautariste, le journaliste à la barbe poivre partage le même cercle d’amis que Alpha Condé jusqu’à Brazzaville chez Sassou N’Guesso où sa femme est au gouvernement.

Voilà pourquoi François Soudan dénature la réalité guinéenne au profit de Alpha Condé allant jusqu’à s’attaquer à l’éminent écrivain Thierno Mo Nenembo à cause de sa « peuladite », c’est son expression. A voir les choses de près, on se rend compte que le corrompu François Soudan est foncièrement contre la communauté Peule de Guinée et difficile de ne pas y voir la main de Alpha Condé dont la « foulaphobie » crève les yeux.

Pour ta gouverne, pauvre plumitif porteur de mallettes, le chef de la communauté peule prend la dénomination de « Khalife Général » du Fouta-Djallon. Il s’appelle Elhadj Bah Bano de Pita du diwal de Timbi…ET notre région n’a ni le monopole ni l’exclusivité de ces chefs. Dans le manding ce sont les « Sotikemos ». A kankan, la fonction est dévolue à la famille Kaba, à Kissidougou aux Keita de Faramaya. On les appelle « Kountigui » en Basse Guinée et ils existent en Guinée Forestière aussi comme les gouvernants traditionnels vénérés dans toute l’Afrique.

Cellou Dalein Diallo n’est donc pas un chef de la communauté Peule, mais un leader politique, président de l’UFDG qui compte en son sein des Guinéens de toutes les régions. Fodé Oussou Fofana, Aboubacar Soumah, Elhadj Alain Touré, Kalemodou Yansané, mme Tofany, Saà Koundouno pour ne citer que ceux là.

Bien d’autres Peuls sont leaders de partis: Bah Ousmane, Mouctar Diallo, Thierno Mamadou Bah, Ibrahima Sila Bah. Certains sont avec Alpha Condé en alliance alors que d’autres comme Bantama Sow, Hady Barry sont carrément du RPG le parti de Alpha Condé. D’autres encore comme Boubacar Barry, Saikou Yaya Barry, Alain Lélouma sont à l’UFR de Sidya Touré.

Ils partagent la même région que Cellou Dalein Diallo mais n’ont pas les mêmes convictions politiques. Ce qui est absolument contraire aux pouvoirs étendus et inaltérables d’un chef de communauté. Tu peux bien demander à Alpha Condé, ton patron, la différence entre les deux même si je suis convaincu qu’il a encore beaucoup à apprendre de l’histoire et de la sociologie de la Guinée, domaines dans lesquels, ses prédécesseurs Sékou Touré et Lansana Conté, particulièrement, sont des références absolues dans ce relationnel fusionnel avec leur peuple, avec la terre de Guinée irriguée du sang de ses fils martyrs.

François Soudan, tu es venu prendre la mallette ou les mallettes contre des mensonges à profusion. Alpha Condé aime le football alors qu’il ne s’est jamais acquitté du devoir républicain de présider la finale de la Coupe Nationale, à plus forte raison s’investir dans la promotion du sport national. Le Syli National vient de se faire laminer à Monastir ( Tunisie ) et à Conakry.

Tu évoques aussi dans ton chou puant la famille de Alpha Condé. Mais tu ne cites que sa femme Djenè Kaba, fille de Kankan et de Nongoa dans Gueckedou et son fils Alpha Mohamed Condé que les Guinéens ne connaissent pas mais qui serait le véritable chef de ce pays. C’est lui qui aurait constitué le gouvernement avec sa bande de copains et amis d’affaires.

Mamady Youla, le premier ministre, Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de Cabinet de la Présidence de la République, la tour de contrôle du groupe, le beau frère, Abdoulaye Magassouba, aux Mines, la cousine, Maladho Kaba à l’Economie et aux Finances, Mohamed Doumbouya au Budget, Abdourahmane Diallo à la Santé.

Alpha Mohamed Condé aurait la main mise sur tout l’appareil d’Etat. Ce qui aurait découragé beaucoup de jeunes loups du RPG-Arc-En-Ciel qui ont donné leur langue au chat avec des frustrations au paroxysme. Voilà des sujets et tant d’autres comme l’extrême misère des Guinéens, leur pauvreté endémique, le manque de soins appropriés, l’insécurité galopante, la corruption généralisée et les promesses non tenues de Alpha Condé.

A cela viennent s’ajouter l’insalubrité et cette renaissance du PUP, le parti de Lansana Conté qui bouleverse les plans machiavéliques de diviser pour régner de Alpha Condé. Famille pour famille, François Soudan, en avion présidentiel, le village de Barô à kouroussa est à un jet de pierres de Conakry. Vous auriez pu faire un tour pour saluer les parents, visiter le cimetière et se recueillir sur les tombes des parents et grands parents de Alpha Condé.

Certainement que ce sera pour la prochaine fois. Mais en attendant, Lansana Kouyaté peut te montrer les siennes à Kouroussa Centre. Faranah est juste à côté. Les parents de Sékou Touré, M’bemba Alpha Kabiné et N’naminata Fadiga, petite fille du Napoléon des tropiques y reposent. Et tu pourras remonter jusqu’à Albadarya, à Kissidougou son village. Fais-y halte. On te montrera la maison familiale de Tanty Jeanne, la mère du Général Sékouba Konaté. A Mafran, en pays Kouranko, chez Hadja Marie Camara, la femme du ministre Toumany Sangaré et mère du ministre Kader Sangaré.

Et le voyage continue. Barô étant la prochaine fois, le temps qu’on nettoie le cimetière, le village de Sana non loin de Bissandougou, la capitale de l’empire de Samory dans le « Toron » est celui du capitaine Doubany Konaté, le père du Général Sékouba Konaté et, plus loin, à la fin du pays Loma à N’zebgela, il suffit juste de traverser le fleuve Diani pour arriver à Koulé en pays Kpélé chez Moussa Dadis Camara.

J’oubliais, François Soudan, qu’il te fallait juste cinq minutes en avion de Kamsar pour être à Kolon chez Sidya Touré. Les parents de feu général Lansana Conté, eux, reposent à Bouramayah. Il paraît que la brume a recouvert les montagnes du Fouta Djallon, les conditions météorologiques sont mauvaises. Donc, le village de Dalein sera pour la prochaine fois. Mais je sais déjà ce que tu y trouveras : un caveau familial où reposent Mama Ibrahima Bano fils de Mama Doulla et de Nènan Aissata N’gniré, la fille du fondateur de Labé qui fait partie des neuf marabouts qui ont instauré le royaume Théocratique du Fouta-Djallon, au début du 17e siècle, Thierno Mamadou Cellou dit Karamoko Alpha Mo Labé. L’illustre « Waliou », Thierno Sadou mo Dalein a son mausolée, son fils Thierno Saliou Dioulnoyo a trouvé la mort dans la forêt de Fitaba lors de la bataille contre les « houbbous ». Son fils, Thierno Diawo, et son petit-fils Saikou Amadou Tidiane , le père de Mamadou Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG reposent à Dalein.

Alors, François Soudan, ta prochaine visite, ton ami Alpha Condé doit te faire visiter Barô son village et je souhaite que tu mettes en couverture de JEUNE AFRIQUE le cimetière avec ceux des siens qui y reposent. Je ferai le voyage aussi pour être témoin en embuscade comme l’avait fait la célèbre journaliste Française, Catherine Nay, pour François Mitterand chez lui à Château -Chinon, au lendemain de son élection à la magistrature suprême en 1982.

Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Comments

commenter ici

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire