Alpha Condé à ses ministres: « mais je suis désolé, je ne lis jamais vos discours, parce que »…

0
6095
Alpha Conde
Partager

“Les ministrent rédigent toujours des discours mais je ne lis jamais les discours rédigés par un ministre parce que ça ne correspond pas à ce que je veux dire”.

Au cours de l’inauguration du cyberespace de l’université Gamal Abdel Nasser le mercredi 11 janvier, Alpha Condé a titillé ses ministres dans son habituel « one man show », a constaté sur place nos confrères de Guineenews.

Après que le ministre Mamy Diaby des télécommunications ait donné les statistiques du projet cyberespace, Alpha Condé a interpellé son ministre sur une situation qui l’a marqué à son arrivée. “Vous avez dit M. le ministre qu’il y a 2600 appareils mais j’ai été accueilli par les étudiants qui demandaient “président, tablette”, a-t-il entamé.

Ensuite, il a expliqué la raison pour laquelle il s’adresse aux Guinéens sans lire un document. “Les ministrent rédigent toujours des discours mais je ne lis jamais les discours rédigés par un ministre parce que ça ne correspond pas à ce que je veux dire”, a-t-il dit.

“C’est bien que les ministres rédigent des discours mais je leur ai dit que je suis un intellectuel, je n’ai pas besoin qu’on me dise ce que je dois dire. C’est bien que les ministres rédigent des discours mais je suis désolé, je ne lis jamais vos discours”, a-t-il fait savoir.

Pour finir, le président de la République a établi un lien entre les ministères en charge de l’éducation et l’arrêt de l’orientation des étudiants guinéens dans les établissements privés. “Chaque ministre de l’éducation qui vient, il crée une université pour orienter l’argent de l’Etat vers ces universités. Elles forment des chômeurs parce qu’ils n’ont pas de bons enseignants”, a affirmé le chef de l’Etat guinéen.

A noter qu’après l’inauguration de la première phase de ces cyberespaces, une centaine d’autres sont prévues dans les établissements scolaires guinéens, pour mieux qualifier le système éducatif de notre pays.

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire